Lecture audio de l'article

L’État doit prendre ses responsabilités, solidarité avec la communauté éducative en lutte !

Un peu plus d’une semaine après la reprise des cours, le bilan est lourd : attentes interminables des enfants et de leurs parents pour des tests à répétition, directeurs et directrices d’école qui passent leur temps à vérifier les tests au détriment de leurs autres missions, classes incomplètes qui font de la continuité du travail des enseignants un casse-tête insoluble, familles angoissées par l’éventualité de l’appel téléphonique ou du courriel qui annoncera l’obligation de faire un test ou la fermeture de la classe, personnels qui ont du s’approprier en 9 jours 3 changements de protocole sanitaire !

Cela n’est plus tenable, l’État doit prendre ses responsabilités !

Le protocole sanitaire doit fixer des règles stables, claires et compréhensibles pour conjuguer sécurité sanitaire et continuité pédagogique.

Des moyens doivent être débloqués pour recruter des personnels qualifiés pour remplacer les enseignants malades ou absents et permettre de mener de front travail présentiel et distanciel, pour réaliser régulièrement des tests salivaires, pour doter les personnels de masques plus protecteurs et d’autotests, aider les collectivités à acquérir des purificateurs d’air ou à payer des factures de chauffage qui explosent en raison de l’ouverture fréquente des fenêtres.

Tout faire pour maintenir les écoles ouvertes parce que c’est une priorité, oui, mais il faut passer du discours aux actes !

 Les communes, livrées à elles-mêmes depuis des mois, font ce qu’elles peuvent : à Bonneuil nous avons distribué des masques aux enfants et aux personnels, réorganisé notre restauration scolaire et nos accueils de loisirs, mis en place un centre de vaccination et des opérations de tests. Au quotidien nous sommes aux côtés des enseignants, des personnels pour les aider à traverser cette situation difficile. Mais nous avons besoin d’un engagement fort de l’État pour affronter cette crise sanitaire, permettre de maintenir les écoles ouvertes tant que c’est possible, tout en assurant la sécurité sanitaire maximale des élèves et des personnels.

Le 13 janvier presque tous les syndicats des personnels de l’éducation appellent, dans les écoles publiques comme privées à une journée de manifestation et de grèves, dont nous savons qu’elle sera largement suivie à Bonneuil. Des représentants de parents soutiennent cette action. Ces appels qui expriment de la lassitude, de l’inquiétude, du ras-le-bol et l’exigence de mesures rapidement à la hauteur de la situation, doivent être entendus.

Comme maire confronté au quotidien à la gestion de la crise sanitaire, je suis ce jeudi 13 janvier aux côtés de la communauté éducative pour exprimer ces mêmes préoccupations et exigences.

 

Denis Öztorun
Maire de Bonneuil-sur-Marne