Lecture audio de l'article

Le 8 mars dernier, lors de la Journée internationale des droits des femmes, le maire, Denis Öztorun, a annoncé la volonté de féminiser les noms de rues, équipements et espaces publics, encore trop peu nombreux sur le territoire communal.

Une concertation se met en place dès cet été avec tous les habitants dans tous les quartiers à l’occasion des animations de « Bonneuil été » où chacun pourra venir s’informer, débattre, proposer et voter en faveur de noms de femmes. La concertation se poursuivra jusqu’au 8 mars 2023, date à laquelle le Conseil municipal se prononcera sur 30 noms. D’ici 2024, 30 autres noms complèteront ce projet 100% féministe !

Si vous souhaitez proposer une personnalité pour une rue ou un équipement municipal, cliquez ici pour nous en faire part.

 

Une concertation en plusieurs étapes : Comment ça marche ?

Dès cet été, chaque semaine de "Bonneuil été", 3 à 4 propositions de personnages féminins seront faites suivant les thématiques de la semaine pour découvrir des figures féminines et le projet de féminisation des noms de rues de la ville. À la fin de la semaine, le nom qui sera le plus plébiscité sera conservé pour être proposé à une rue du quartier ou l'un des équipements de la ville (un équipement sportif ou une salle du centre d'art par exemple).

Une deuxième étape aura lieu sur toute l'année durant les évènements de la ville comme le forum de la rentrée ou les journées du patrimoine pour recueillir les propositions de noms formulées par les habitantes et habitants afin de poursuivre la démarche et de l'élargir au plus grand nombre.

Une troisième étape aura lieu en fin d'année et consistera en expositions afin de révéler les noms sélectionnés et les faire découvrir au plus grand nombre.

Enfin, une dernière étape sera celle de la votation citoyenne, par quartier, pour définir les changements de noms de 30 rues.

Après ces consultations, le conseil municipal se réunira le 8 mars 2023 pour voter l'officialisation du changement de nom des rues.

Semaine 4 : Les Femmes chercheuses/scientifiques

Cliquez ici pour voter pour votre personnalité préférée parmis les propositions de la semaine.

Mary Jackson (1921- 2005)

Mary Jackson (1921- 2005), mathématicienne de formation et diplômée en sciences physiques, rejoint en 1951 ce qui deviendra en 1958 la NASA (l’agence spatiale américaine). Elle travaille au sein d’un groupe de calculatrices (calculateurs humains),  composé entièrement de femmes afro-américaines.

En 1958, elle devient la première femme afro-américaine à être ingénieure à la NASA. Elle contribuera aux progrès technologiques dans l’aérospatial, puis à l’administration de la NASA où elle promeut l’égalité des chances.

Elle est incarnée par l’actrice Janelle Monáe dans le film « Les figures de l’ombre », sortie en 2016 et adapté de sa vie et de celle de ses collègues.

Le 25 juin 2020, la NASA honore sa mémoire en baptisant de son nom les bâtiments de son siège national à Washington DC.

Shireen Abu Akleh (1971-2022)

Shireen Abu Akleh, née à Jérusalem, est une journaliste palestino-américaine.

Reportrice, elle vivait et travaillait à Jérusalem-est en plein cœur du conflit israélo-palestinien de la fin de 1997 à sa mort en 2022. Elle a notamment couvert la seconde Intifada à partir de 2000.

Elle fut tuée par balle à Jénine en Cisjordanie le 11 mai 2022 à l’âge de 51 ans alors qu’elle couvrait une offensive de l’armée israélienne.

Sa mort provoqua un tollé international, d’autant plus que son enterrement fut également l’occasion de violences entre les forces israéliennes et les Palestiniens.

Maud Mannoni (1923-1998)

Maud Mannoni, de son vrai nom Magdalena Van der Spoel, est une psychanalyste française, d’origine néerlandaise.

Après des études de criminologie à l’Université de Bruxelles,  Maud Mannoni vient vivre à Paris où elle travaille à l’hôpital Trousseau. Elle se spécialise alors  dans les maladies mentales des enfants.

Elle fonde l’école expérimentale de Bonneuil-sur-Marne en 1969 qui accueille des enfants et des adolescents atteints de troubles mentaux. L’objectif de l’école est de les aider à se développer sans recourir à l’internement.

Semaine 3 : Femmes Exploratrices

Cliquez ici pour voter pour votre personnalité préférée parmis les propositions de la semaine.

Maryse Hilsz (1901-1946)

Maryse Hilsz est une pionnière de l’aviation française, qui s’engagea dans la Résistance et fut parmi les premières femmes pilotes de l’armée de l’air française.

En 1922, elle débute sa carrière dans l’aviation en devenant parachutiste d’exhibition, ce qui lui permet de financer son brevet de pilote et de devenir aviatrice en 1930.

Aviatrice hors pair, elle se lance dans plusieurs défis comme voler seule de Paris à Saïgon (actuel Ho Chi Minh Ville au Vietnam) en 1931 ou de Paris à Madagascar en 1932. Elle obtient également le record d’altitude féminin en 1932 en volant à 9791 mètres au-dessus du sol.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’engage dans la Résistance puis intègre l’armée en 1944 faisant partie des premières femmes à rejoindre le premier corps de pilotes militaires féminins de l’Armée de l’Air.

Elle décède tragiquement lors d’un vol en 1946, victime du mauvais temps.

Jeanne Barret (1740- 1807)

Jeanne Barret est une botaniste et exploratrice française.

Orpheline, disposant de peu d’éducation et de moyens, elle est initiée à la botanique par son protecteur. Celui-ci est invité à rejoindre l’expédition de Bougainville destinée à faire le tour du monde en 1766. Il plaide pour être accompagné de Jeanne qu’il présente comme son « serviteur ». En effet, elle fut contrainte de se travestir pour participer à l’expédition, la participation d’une femme à l’équipage d’un navire étant formellement interdite à une femme par ordre du roi.

Elle parvint malgré tout à cacher son identité pendant au moins deux ans et mener l’expédition à bout visitant l’Amérique latine, Tahiti et l’Asie avant de revenir en France.

Pour lui rendre hommage comme botaniste et exploratrice, une fleur, la Solanum baretiae, est nommée en son honneur.

Dian Fossey (1932- 1985)

Née à San Francisco, Dian Fossey est une primatologue américaine, spécialiste du comportement des gorilles.

Passionnée par le continent africain, elle voyage le plus possible dans les années 50 dans différents pays avant de s’installer au Rwanda et de se réorienter vers le métier de zoologiste. Elle devient une référence scientifique mondiale concernant l’étude des gorilles.

Rendue mondialement célèbre par son portrait réalisé en 1970 par le magazine National Geographic, la montrant touchant la main d’un petit gorille, Dian Fossey devient l’icône d’un combat pour la préservation des populations de gorilles menacées par le braconnage.

Elle est assassinée en 1985, certainement pour le compte de braconniers. Sa vie est incarnée par Sigourney Weaver dans le film « Gorille dans la brume » sortie en 1988.

Semaine 2 : Les Femmes Sportives

Cliquez ici pour voter pour votre personnalité préférée parmis les propositions de la semaine.

Florence Arthaud (1957- 2015)

Florence Arthaud, surnommée « la petite fiancée de l’Atlantique », est une navigatrice française.

À l’âge de 17 ans, elle se remet d’un grave accident de la route qui l'avait plongé dans le coma, et décide alors de choisir la vie de navigatrice.

Elle fut notamment l’une des deux seules sportives françaises à avoir reçu 2 fois le prix Monique-Berlioux de l’Académie des sports, récompensant la meilleure performance sportive féminine de l’année en 1978, où elle se classe 11e  de la Route du Rhum et en 1990 où elle devient la première femme à remporter cette même course.

Elle met fin à sa carrière sportive en 2010 peinant à trouver des sponsors. Elle décéde tragiquement le 9 mars 2015 à 57 ans dans un crash d'hélicoptère durant le tournage d’une émission  télévisée en Argentine.

Charlotte Cooper (1870- 1966)

Charlotte Cooper est une joueuse de tennis britannique, championne olympique.

En 1900, elle remporte la médaille d’or des Jeux Olympiques de Paris en double mixte avec son partenaire et devient  quelques jours plus tard, la première femme sacrée championne olympique dans une épreuve individuelle en remportant le simple Dames.

Charlotte Cooper fut l’une des premières joueuses de tennis de classe mondiale marquant l’histoire du tennis féminin performant du début de sa carrière à la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 50 ou elle jouait encore à plus de 80 ans.

Pina Bausch (1940-2009)

Pina Bausch est une chorégraphe et danseuse allemande, figure de la danse contemporaine et de la danse-théâtre.

Développant un intérêt particulier pour la danse dès son plus jeune âge, Pina Bausch évolue dans ce milieu et obtient une bourse qui lui permet de faire ses études dans une école réputée de danse aux États-Unis. Elle se produit dans de nombreuses salles prestigieuses avant de devenir chorégraphe en 1968 et de produire son premier spectacle au Festival de Salzbourg.

Elle développa le fameux concept de danse-théâtre Tanztheater et fonda la compagnie « Tanztheater Wuppertal », compagnie de danse contemporaine de renommée mondiale.

Semaine 1 : Les Femmes Artistes

Cliquez ici pour voter pour votre personnalité préférée parmis les propositions de la semaine.

Frida Kahlo (1907-1954)

Frida Kahlo, icône mondiale de l’art et de la mode, est une artiste-peintre autodidacte mexicaine.

Sa vie a été marquée par le combat contre la maladie car elle a en effet  souffert de la poliomyélite dès l’âge de 6 ans. À 18 ans elle est grièvement blessée dans un accident de bus.

Alors qu’elle se remet de cet accident, elle s’initie à la peinture réalisant ses autoportraits grâce à un miroir installé au-dessus de son lit d’hôpital. Un genre qui deviendra récurrent dans son œuvre. Ainsi, parmi les 143 tableaux qu’elle réalisera, 55 sont des autoportraits.

Frida Kahlo est engagée politiquement pour l’émancipation des femmes dans la société mexicaine et dans le monde. Elle a soutenu de nombreuses causes révolutionnaires au cours de sa vie et s’opposa à la montée des fascismes en Europe.

Rattrapée par sa santé fragile, elle s’est éteinte à 42 ans.

Miss Tic (1956-2002)

Miss Tic, de son vrai nom Radhia Novat, est une pionnière du street art français.

Artiste vagabonde, elle s’est imposée dans le milieu dès les années 80, faisant des murs son support de création et de dénonciation.

Défenseuse des droits des femmes, elle réalisait au pochoir des œuvres empreintes d’humour et de révolte féministe.

D’abords marginale et traitée comme une délinquante dégradant l’espace public par les autorités, elle a acquis un statut d’artiste reconnue en même temps que le street art faisait son entrée dans les galeries d’art.

Assia Djebar (1936-2015)

Assia Djebar est une femme de lettre, écrivaine et poétesse franco-algérienne. Elle fut la première femme d’origine nord-africaine à être élue à l’Académie Française.

Elle est considérée comme l’une des auteures les plus célèbres et les plus influentes du Maghreb. Ses œuvres évoquent des thèmes collectifscomme le déchirement culturel qui suit la décolonisation et l’indépendance de l’Algérie, le désarroi d’exister entre deux mondes désormais séparés. Mais aussi des thèmes plus intimes et le refus de l’archaïsme et du patriarcat.

Parallèlement à ses récits, elle a poursuivi une grande carrière universitaire enseignant en Algérie, en France puis aux États-Unis.

Si vous souhaitez proposer une personnalité pour une rue ou un équipement municipal, cliquez ici pour nous en faire part.