Agir en faveur du pouvoir d’achat, de la solidarité et de l’accès aux droits pour tous, c’est l’engagement de la municipalité de Bonneuil, dans une commune où près de 22% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et dans un contexte où les attaques contre l’emploi, les salaires, le pouvoir d’achat ainsi que les services publics se font plus dures, la Ville veut aller encore plus loin et met tout en oeuvre pour lever un véritable bouclier social au-dessus des Bonneuillois. Actions concrètes…

  

Gel des taux d'impôts locaux

Pour la quatrième année consécutive et pour la sixième fois en huit ans, le maire Patrick Douet a proposé, à l’occasion du débat d’orientation budgétaire, jeudi 14 février, d’appliquer le « taux zéro », autrement dit de ne pas augmenter les taux de la part communale des impôts. Bonneuil est une des seules communes du Val-de-Marne à geler ainsi sa fiscalité depuis quatre ans. À savoir également, Bonneuil est l’une des villes où la base et le produit de la fiscalité locale sont les plus bas du département.

Baisse des tarifs enfance

Engagement des Assises de l’enfance, la Ville de Bonneuil a baissé les tarifs de toutes les prestations enfance au 1er janvier 2019.

Concrètement, les tarifs unitaires ont été diminués à la dizaine de centimes inférieure et les tarifs forfaitaires à l’euro inférieur.

Un tarif dégressif de moins 25% a également été mis en place à partir du troisième enfant. C'est une mesure forte en faveur du pouvoir d’achat des familles, d’autant que la municipalité avait déjà baissé, à l’occasion du retour à la semaine de quatre jours, les tarifs des centres de loisirs pour les familles aux quotients familiaux les plus bas.

Baisse des tarifs des séjours pour les retraités

Chaque année, trois séjours retraités sont organisés au centre de vacances municipal de Cezais, en Vendée, dont un pour les personnes âgées de plus de 80 ans.

Aussi, en réponse à la dégradation actuelle de leur niveau de vie, le Conseil municipal a décidé une importante révision et une harmonisation du barème du quotient familial applicable à ces séjours.

Désormais, leur participation s’échelonnera de 10% du coût total d’un séjour (au lieu de 40%) pour les retraités ayant le quotient familial le plus bas, à 50% (au lieu de 75%) pour ceux ayant le plus élevé.

71 000 euros d’aides financières directes

La municipalité agit pour que chaque Bonneuillois puisse accéder, quel que soit son revenu : à la santé, à l’énergie, à la mobilité, aux loisirs, aux sports, ou tout simplement, puisse vivre dignement. En 2018, elle a consacré 71 000 euros d'aides financières aux familles les plus en difficultés.

Il y a trois ans, elle avait modifié leur condition d’accès pour qu’un plus grand nombre de Bonneuillois puisse en bénéficier. Si bien que 1 156 familles et habitants ont bénéficié d’aides telles que : l’Aide alimentaire (de 55 à 160 euros, selon ressources), les Bons EDF (de 30 à 70 euros par an, selon quotient familial), les Bons rentrée scolaire (50 euros, selon QF), ou encore l’Aide aux études universitaires (90 euros annuels, selon QF), etc.

Soutien aux associations de solidarité

Face à la pauvreté et la baisse du pouvoir d’achat, la solidarité s’active également au travers d’associations locales comme le Secours populaire, la Croix Rouge ou les Restos du coeur, etc. Celles-ci, surtout en cette période hivernale, distribuent produits alimentaires ou d’hygiène à des centaines de familles bonneuilloises qui n’ont pas les ressources pour s’approvisionner.

La municipalité les soutient activement, au travers de prêts de salles et de matériels, et surtout de subventions : 18 600 euros en 2018.

Le quotient familial : chacun paie selon ses moyens

Depuis de nombreuses décennies, la Ville de Bonneuil fait le choix d’une tarification solidaire. La politique du quotient familial (QF) en est une traduction forte. Son principe est simple : chacun paie selon ses moyens.

Calculé en tenant compte de la situation familiale, des charges et des ressources, il permet l’égalité d’accès de tous les Bonneuillois aux activités municipales : restauration, séjours, sorties, centres de loisirs, crèches, etc.

Et la municipalité va plus loin : pour toutes prestations tarifées au QF, la Ville prend en charge entre 50 et 90% des coûts réels. Autrement dit, les usagers ne règlent qu’entre 10 et 50% maximum d’une prestation.

Et aussi…

De nombreuses autres actions municipales ont pour objectif d’alléger les dépenses et de lutter contre l’exclusion financière des Bonneuillois.

Une des plus emblématiques est la gratuité scolaire. Chaque rentrée, près de 90 000 euros de fournitures scolaires sont distribuées aux élèves et classes de la maternelle au CM2 : trousses garnies, cahiers, manuels, etc.

Autre aide financière directe : l’allocation différentielle pour les parents dont le jeune enfant est accueilli par une assistante maternelle. Cette aide représente la différence entre le coût d’une journée d’assistante maternelle et celui en crèche municipale.

Pour les jeunes porteurs de projets (formation, voyage, service civique, etc.), la Ville attribue une Bourse aux projets. En 2018, 25 projets ont été financés pour un total de 10 000 euros. À ce dispositif s’ajoute la Bourse aux permis, destinée aux 18/25 ans ainsi qu’à tout privé d’emploi et bénéficiaire du RSA.

En outre, la Ville étudie de nouvelles actions, dont le projet d’une épicerie solidaire ou encore d’une « ressourcerie », espaces d’économie sociale et solidaire. En décembre dernier, elle avait dans ce sens inauguré son premier Marché de Noël solidaire.

Enfin, engagement des Rencontres d’automne 2017, la Ville évalue la mise en place d’une mutuelle pour les sans-mutuelle qui, faute de moyens financiers, sont parfois empêchés de consulter et de se soigner.