Depuis 2015, la Ville, en lien avec de nombreux partenaires associatifs et institutionnels, organise la Quinzaine de la mémoire et de la citoyenneté. Un devoir de mémoire, qui signe un engagement fort de la municipalité et qui rallie, chaque année, un public plus large.

Chaque année, la municipalité se saisit de la commémoration de la Libération des camps de concentration, de la Victoire des alliés sur le Nazisme, de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions pour organiser la Quinzaine de la mémoire et de la citoyenneté.

Objectifs ?

Redonner du sens au devoir de mémoire, rassembler les Bonneuillois, autour de valeurs de citoyenneté, de laïcité, de solidarité, de vivre ensemble et de paix. Au fil des éditions, la Quinzaine s’est inscrite dans le paysage bonneuillois.


« Le bilan est très positif, se félicite Denis Öztorun, 1er adjoint au maire délégué à la vie associative. Nous avons pérennisé la présence des enfants des centres de loisirs aux commémorations. Ils y travaillent et en débattent deux mois en amont avec leurs animateurs. Le souvenir et la paix feront partie de l’ADN de ces générations.

Nous avons également pérennisé un lien intergénérationnel fort entre les retraités de l’espace Louise-Voëlckel et des élèves de SEGPA du collège Paul-Éluard. Et cela marche. Il n’y a qu’à voir les moments forts de partage mémoriels et intergénérationnels semés chaque année. »  

Autre clé de voute de cette réussite, la programmation de la Quinzaine qui mêle débats et rencontres, actions culturelles et pédagogiques, visites de sites mémoriels… pour éclairer l’actualité, les citoyens.

« L’esclavage, la Grande guerre, la Déportation, la Guerre d’Espagne, la Guerre d’Algérie... sont des pans de l’histoire vécus douloureusement par la société, estime le 1er adjoint. La Quinzaine, dans une démarche d’éducation populaire et constructive pour l’avenir, part de ces plaies encore vivaces, pour donner aux citoyens, sans chauvinisme ni nationalisme, les moyens de questionner, de débattre, de pousser à la réflexion sur leur quotidien, dont ils sont souvent victimes, et de questionner leur citoyenneté. C’est le sens de l’Humanité que de transmettre des valeurs, des ressources, la culture. Quoi de plus beau que d’inculquer et de bâtir collectivement la paix qui permettra de faire reculer les idées barbares et haineuses, qui divisent et tuent ? »

Programme de la 5e édition de la Quinzaine de la mémoire

  • Dimanche 28 avril - 11h15 : 74e anniversaire de la libération des camps de déportation nazis. Cérémonie officielle. Devant la stèle des martyrs de la résistance.
  • Mardi 8 Mai - 10h45 : Cérémonie officielle de commémoration de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, rassemblement à 10h45 devant la mairie en présence des enfants des centres de loisirs.
  • Vendredi 10 mai - 18h : Cérémonie officielle devant la mairie de commémoration des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.
  • Vendredi 10 mai - 18h30 : Projection du film "Lincoln" de Steven Spielberg salle Gérard-Philipe; entrée libre.
  • Samedi 11 mai - 20h30 : Je reviens de la vérité, spectacle salle Gérard-Philipe, entrée libre sur réservation.
  • Dimanche 12 mai - 16h : Projection du film "La douleur" d'Emmanuel Finkiel salle Gérard-Philipe, entrée libre.
  • Mercredi 22 mai - 17h : Représentation théâtrale autour de portraits de figures féminines locales et internationales issue du travail intergénérationnel entre les jeunes du Projet de Réussite Educative et l’Espace Louise Voëlckel à l'Espace Louise-Voëlckel, entrée libre.
  • Du 6 au 18 mai - Exposition : « Nous qui sommes encore vivants » - Résister dans les camps nazis. Dans cette exposition, louée au Musée de la Résistance nationale, avec qui la Ville travaille à chaque édition, les résistances des détenus dévoilées, témoignent toutes de la victoire remportée par les déportés sur leurs bourreaux. Du 6 mai au 13 mai, salle Gérard-Philipe. Du 13 mai au 18 mai, médiathèque Bernard-Ywanne.

Quinzaine de la mémoire : retours en images

Depuis cinq ans, la Quinzaine offre, aux Bonneuillois, toutes générations confondues, de grands moments de rencontres culturelles, intergénérationnelles et citoyennes, autour des mémoires et des luttes contre l’extrême droite, la guerre, le racisme, l’antisémitisme. Quelques temps forts…

Mai 2015

80e anniversaire de la gestion progressiste et populaire de la Ville.

Au programme ? Un riche débat ainsi que de belles expositions, réalisées par l’association Bonneuil en mémoires, investie à chaque édition, sur les maires successifs de Bonneuil : Henri-Arlès, Bernard-Ywanne et Patrick Douet.

8 mai 2015

Près de 250 personnes ont participé à la 1re édition de la Quinzaine, au 70e anniversaire de la Victoire sur le Nazisme. Les enfants des centres de loisirs, ont entonné « La paix sur terre », hymne à la paix de Jean Ferrat. « Un moment émouvant. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu autant de monde. Un beau souvenir de paix que ces futures générations retiendront », se félicite Denis Öztorun, 1er adjoint au maire délégué à la vie associative. Les enfants y participent chaque année.

Mai 2016

À chaque édition de la Quinzaine, de jeunes Bonneuillois prennent part à la commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, par des lectures de textes.

Mai 2017

Belle soirée, à l’espace Nelson-Mandela, à l’occasion de la commémoration du massacre de Sétif en Algérie le 8 mai 1945. Des jeunes fréquentant l'espace, ont lu des textes et des slams, écrits dans le cadre d’un atelier avec l’écrivain poète Bonneuillois Mounir Mahi.

De 2015 à 2019

Sur le chemin des dames, Les guerrières de la paix, Marie-Claude, Le petit poilu illustré... Afin de favoriser la participation du plus grand nombre et l’accès à la culture pour tous, la Ville offre gratuitement, à chaque édition, des spectacles, des concerts, des projections de films et de documentaires, pour la population, le jeune public.

Le jeune public, au coeur de la Quinzaine

Comment sensibiliser le jeune public au devoir de mémoire ? Comment leur donner le temps et les moyens de connaître et d’interroger le passé pour leur offrir les clés de la citoyenneté ?

C’est le fil rouge de la mobilisation des services municipaux et de l’éducation nationale pour associer le jeune public à cette Quinzaine. Une affaire qui roule depuis cinq ans.

« La solidarité entre les enfants et entre les peuples doit commencer dès le plus jeune âge. C’est important qu’ils sachent ce qui s’est passé ailleurs, dans leur pays, pour comprendre l’avenir et être à même d’être des citoyens éclairés. Pour les intéresser et les impliquer, il faut les faire travailler sur un projet et varier les supports », témoigne Mireille Cottet, conseillère municipale déléguée à l’enfance et aux relations avec l’éducation Nationale.

C’est tout le sens du travail mené : atelier d’écriture de poèmes et de poésies, atelier chant (hymnes à la paix ou chansons), lectures de textes, de poèmes ou de slams lors des commémorations de la victoire sur le Nazisme ou de l’abolition de l’esclavage, spectacles proposés lors des temps scolaires (Valise d’enfance, Chocolat blues…), expositions « Le front populaire expliqué aux enfants », « Le code noir, histoire de l’esclavage », visites de sites mémoriels (Compiègne, les plages du débarquement, Mémorial de la Shoah), rencontres avec le fils d’un rescapé des camps de concentration...

Les enfants qui fréquentent les centres de loisirs, les jeunes de l’Espace Nelson-Mandela, les collégiens de PaulÉluard, les jeunes Bonneuillois, qui prennent pleinement part à la Quinzaine, seront n’en doutons pas, de futurs ambassadeurs de la paix...