Parce que les enfants sont plus vulnérables que les adultes, parce qu’ils et elles sont l’avenir de toute société, parce qu’ils et elles sont déjà des citoyen·ne·s à part entière, les Nations unies se sont dotées en 1989 d’une Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) et se sont engagées à leur construire un monde digne. Ce 20 novembre 2019, nous célébrerons à Bonneuil son 30e anniversaire.

Allons enfants !

Trente après le texte de la Déclaration des Droits de l’enfant de 1959, l’Assemblée générale des Nations Unies, réunie à New York, adoptait à l’unanimité, par acclamation, la Convention relative aux droits de l’enfant. Un texte de 54 articles qui reconnaît, pour la première fois, l’enfant en tant que sujet de droit. Aujourd’hui, 196 pays l’ont ratifié, dont la France. Les derniers signataires en date sont la Somalie, le Soudan du Sud et la Palestine. Un seul la refuse toujours : les États-Unis. Cependant, aucun autre traité international relatif aux droits de l’Homme n’a suscité un tel consensus de la part des États.

Que dit cette convention ? Elle est construite sur quatre grands principes fondamentaux : la non-discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit de vivre, survivre et se développer, ainsi que le respect des opinions de l’enfant. Ses articles énoncent notamment que l’enfant a le droit d’être soigné, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée, le droit d’aller à l’école, celui d’être protégé de la violence et de toute forme d’exploitation, aussi le droit de jouer et d’avoir des loisirs, ou encore le droit à la liberté d’expression et de participation, et le droit d’être entouré et aimé.

Aussi, comme chaque année et plus encore à l’occasion de ce 30e anniversaire, la Ville de Bonneuil entend fêter dignement la date du 20 novembre. Les enfants et leurs droits constituent en effet la priorité de son action : 46% de son budget 2019 ont été consacrés à l’enfance et l’éducation. Il y a tout juste un an, elle organisait les Assises de l’enfance, dont une grande majorité des engagements sont déjà réalisés ou en cours de réalisation. Un des droits de l’enfant auquel elle est particulièrement attachée, c’est celui de s’exprimer et de participer. C’est pourquoi elle a créé il y a deux ans un conseil des enfants (lire page 24), et qu’elle agit à leurs côtés pour développer leur citoyenneté, comme lors de collectes solidaires au profit des démunis ou lors des Quinzaines de la mémoire. La Ville aujourd’hui soutient notamment le comité local du Secours populaire qui vient de créer un club « Copains du monde ». Ouvert aux 6 à 12 ans, les enfants de Bonneuil pourront s’y réunir pour mener des actions de solidarité ici et dans le monde.

Allons enfants, à vous la parole !

Droits des enfants : ce qu’ils en disent…

À l’occasion du 30e anniversaire de la ratification de la Convention internationale des droits de l’enfant, nous sommes allés interviewer les premiers concernés  : les enfants. Connaissent-ils leurs droits ? Sontils, selon eux, respectés  ? Que faudrait-il changer ? Reportages aux centres de loisirs Romain-Rolland et à La Passerelle.

Mercredi 16 octobre, 10h, au centre de loisirs Romain-Rolland. Animateurs et enfants sont sur le pont. C’est le jour J des élections du Conseil d’enfants des centres de loisirs. L’occasion de parler de leur citoyenneté. « Qui aimerait témoigner sur les droits de l’enfant ? » interpelle Élodie Stéphany, directrice du centre. « Moi, moi, moi » s’enthousiasment Imen, Farah, Caïna, Emma, Julie, Chaïna, Lilou, Kanell, Célia, Lina, Adam et Amir, âgés de 8 à 10 ans. Les droits de l’enfant ? Oui, ça leur parle. « Nous en avons discuté en classe et en centre de loisirs », avancent-ils. « On a le droit d’être respecté, d’avoir un toit et d’aller à l’école », poursuivent-ils. Pour Caïna, Emma, Chaïna, Kanell, Célia, Lina, le droit essentiel reste clairement « d’avoir une bonne santé pour éviter les maladies, de bien se nourrir pour éviter les caries ». Amir et Adam, ne partagent pas cet avis. « Le droit de jouer à la PS4, c’est trop bien. C’est important ! » sourit Adam. «  Pouvoir aller à l’école pour passer le Bac et avoir un métier, c’est le plus important », souligne Amir.

Ce qu’ils aimeraient changer ? Ils sont assez unanimes sur le sujet : « Il faut aider les enfants des pays défavorisés. Leur construire des maisons, des écoles, leur donner de la nourriture, des habits et des jouets pour qu’ils se sentent mieux. » Dans leur viseur également : « Mettre fin à la pollution de la planète. Cela ne peut plus durer. On peut en mourir ». « Il faudrait réduire les prix de la nourriture, des voitures, des maisons… Tout est trop cher. Trop de gens n’ont rien. »

Et Emma d’ajouter : « Il faut changer les logements, pour y loger plus de monde ». Pour Lina, « Il faut revoir notre alimentation. Nous mangeons trop de viande, trop de gras. » Il est temps pour les enfants d’aller voter. Fin de l’interview. Autre rencontre, à La Passerelle, en début d’après-midi. Ilias, Alicia, Khady, Rayane, Djénaïs et Kennedy, Youssef, tous âgés de 10 ans, se prêtent volontaires pour l’interview. Connaissent-ils leurs droits ?

Oui sans conteste. « On a le droit de s’exprimer, d’être écouté et d’être respecté ; le droit à l’alimentation, d’être un « garçon manqué » ou une « fille manquée, de s’habiller comme on veut, de vivre sous un toit, d’aider, d’apprendre, d’aller à La Passerelle, de sortir, de chanter et de danser sous la douche ! », égrènent ils sourire aux lèvres.

Le conseil des enfants en actes !

Engagement fort de la municipalité, en novembre 2017, naissait le Conseil des enfants des centres de loisirs et de la Passerelle. Objectif  ? Que les enfants prennent aussi leurs affaires en main en savourant avec gourmandise l’exercice de leur citoyenneté.

Depuis fin 2017, épaulés par les agents du service municipal de l’enfance et de Mireille Cottet, conseillère municipale déléguée à l’enfance, les 25 jeunes conseillers et conseillères des accueils de loisirs élémentaires ont présenté, délibéré et voté en faveur de plusieurs projets. Si certains ont demandé du temps pour leur réalisation, le bilan est plus que positif.

Le tournoi de foot des centres de loisirs adopté par les conseillers s’est déroulé en juin dernier sur le plateau d’évolution Romain-Rolland. La création d’un journal et d’un club lecture au centre LangevinWallon sont quasiment sur pied. Le journal est lancé et le club lecture va bientôt profiter d’une superbe « biblio mobile », fabriquée par les menuisiers municipaux. Elle sera présentée en décembre lors du premier Conseil des enfants. Il y avait aussi le souhait d’aménager un jardin potager au centre Cotton. S’il a été entamé l’an dernier, son activité a été suspendue pour laisser place aux travaux sur le groupe scolaire. Le hic concerne le projet de remise en peinture des locaux de la Passerelle. Les enfants ont rencontré les peintres de la Ville qui les ont informés que ce type de structure ne pouvait être peint. Alors, place à l’affichage de posters ! Du côté de la Passerelle, la mise en place du projet radiophonique a fait ses preuves, notamment lors des Assises de l’enfance l’an dernier où les journalistes en herbe se sont prêtés au jeu du micro. Il restait parmi les projets la mise en place d’une initiation à la crosse, ce sport encore méconnu. Le matériel vient d’être acquis. Il n’y a plus qu’à !

Deux jours de festivités !

À l’occasion du 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, les équipes d’animation du service municipal de l’enfance sont sur le pont pour fêter comme ils se doit cet événement. Enfants et animateurs mettent la dernière main aux festivités… Nous vous livrons les grandes lignes de leur programmation.

Mercredi 20 novembre - Toute la journée
En centres de loisirs maternels

Le matin : Les enfants iront au-devant des commerçants, des structures qui font partie de leur environnement, qui leur permettent de faire vivre leurs droits à la culture, à la santé, aux loisirs, de les protéger… Selon les centres, les enfants, se rendront au Centre d’art, à la médiathèque, à la ludothèque, au centre de Protection maternelle et infantile, à l’inspection académique, à la salle GérardPhilipe, à la Police municipale, au service des sports. Les enfants leur offriront des présents réalisés par leurs soins.

L’après-midi : Petite boum et goûter  dans les centres Danièle-Casanova, Eugénie-Cotton, Joliot-Curie. Rallye photo sur ce qui a été fait le matin et petite fête à Henri-Arlès.

Mercredi 20 novembre - Toute la journée
En centres de loisirs élémentaires

Le matin : Jeux autour des droits de l’enfant.

L’après-midi : Moment festif, ludique et interactif autour d’un « Reality show », de type zapping, avec mini sketchs sur scène, réalisés par les équipes d’animation et les enfants. Ils reprendront des publicités, génériques connus pour décliner les droits de l’enfant.

Lieu : Salle Gérard-Philipe

Vendredi 22 novembre - De 18h à 20h30

Soirée jeux familles et enfants :

Feuille de route remise aux enfants et parents, qui devront sillonner les stands proposés autour des droits de l’enfant. Un gâteau géant factice sera exposé avec toutes les actions menées lors de la journée du 20novembre. Buffet de pâtisseries élaborées par les équipes et les enfants, histoire de souffler les bougies d’anniversaire. Un bal clôturera la soirée.

Lieu : Gymnase Romain-Rolland