Depuis la mi-mars, solidaire de tous et particulièrement des personnes déjà fragilisées, la Ville a mis en place des dispositifs exceptionnels d’aide à la vie quotidienne. Elle vient notamment de débloquer une aide alimentaire pour les familles.

« Nous avons pu compter sur le personnel communal qui a porté haut et fort les notions de service public. Pas un Bonneuillois ni une Bonneuilloise n’a été laissé dans l’isolement ». Denis Oztorun, 1er adjoint au maire, se félicite de l’implication de tous en direction des personnes les plus touchées par la crise sanitaire. Pendant la crise en effet, l’absence de restauration scolaire, la hausse des prix des denrées alimentaires, les baisses et pertes de revenus, les mises au chômage, et bien sûr l’isolement social ont mis au désarroi de nombreux concitoyens et concitoyennes.

En réponse, la Ville a alors déployé un vaste plan de lutte contre l’épidémie et de solidarité. Dans le détail : renfort du portage de repas à 75 bénéficiaires, livraison de courses, distribution d’aides d’urgence et de colis alimentaires (1 000 habitants tous les 15 jours) avec le Secours populaire auquel la municipalité a versé une subvention exceptionnelle de 4 000 €, distribution de 24 000 masques à toute la population, à raison - c’est exceptionnel en France ! - de trois masques par foyer, avant la date du 11 mai, visite hebdomadaire des familles mises à l’abri à l’hôtel, maintien de l’accompagnement des demandeurs d’emploi à distance, accueil des enfants de personnels soignants et prioritaires dans les écoles et en crèche, le tout en gratuité… À cela s’ajoutent la désinfection régulière des rues, une réorganisation complète des services municipaux ainsi que leur réaménagement pour assurer la sécurité des personnels et des usagers.

À toutes ces mesures, la municipalité vient d’y inclure une aide alimentaire exceptionnelle aux familles de près de 105 000 euros. Elle ne concerne pas moins de 1 156 familles dont les enfants bénéficient d’ordinaire de la restauration scolaire à Bonneuil. Fin mai, ce plan de lutte contre l’épidémie et de solidarités se chiffrait à près de 331 000 euros.