Près de 2 000 élèves en primaire et 700 au collège ont repris le chemin des classes en début de mois à Bonneuil. Une rentrée marquée une nouvelle fois par la crise du coronavirus et par des inégalités plus que jamais creusées. Bonneuil fait front pour la gratuité scolaire et le droit à la réussite de tous.

Pendant les mois de confinement, et jusqu’aux congés d’été, les enfants ont été éloignés des écoles, et de leurs enseignants. Pour assurer la continuité pédagogique, le gouvernement avait misé sur Internet. Une solution qui a pourtant laissé de côté de nombreux élèves ayant une connexion limitée ou ne possédant pas l’équipement nécessaire. À savoir, 36 % des enfants des foyers à bas revenus ne possèdent pas d’ordinateur (contre moins de 10% pour les hauts revenus). À cela, s’est ajoutée la potentielle difficulté des parents à accompagner le suivi scolaire, par manque de temps ou par un niveau d’éducation insuffisant. Résultat : la crise a creusé les inégalités déjà existantes et a accentué le décrochage scolaire.

Une situation qui appelait donc une réponse de grande envergure de l’Éducation nationale pour cette rentrée. On en est loin, estime le maire de Bonneuil. « Jusqu’à maintenant on a eu droit à du saupoudrage, à des annonces et des contres-annonces… On navigue à vue, a dénoncé Patrick Douet, à l’occasion de la journée de prérentrée des enseignants, lundi 31 août. Or avec les effets de la pandémie, l’État doit, plus que jamais, consacrer davantage de moyens à l’éducation. »

Des moyens, la collectivité en a déployés de façon exceptionnelle cette année. Plus d’un million d’euros a été dépensé pour la rénovation et l’entretien des équipements scolaires cet été, qui s’ajoutent aux 3,7 millions d’euros dépensés au total pour la réhabilitation du groupe Cotton.

Et pour garantir les bonnes conditions sanitaires, la Ville ne lésine pas : installation de distributeurs muraux de gel hydro-alcoolique dans toutes les entrées d’écoles, lingettes désinfectantes dans toutes les classes, marquage de signalétiques pour permettre la circulation et la distanciation physique, etc. Enfin, toujours fidèle à ses engagements, la gratuité scolaire reste un axe fort de son action en cette rentrée. L’ensemble des principales fournitures scolaires en élémentaire sont prises en charge par la mairie. Au total, le jour de la rentrée, 86 600 euros de matériels ont été distribués aux élèves et à leurs enseignants : trousses, stylos, cahiers, manuels, etc. « Il s’agit pour nous, souligne le maire, d’une action fondamentale de justice sociale, que peu de villes décident. Et même si les réductions budgétaires imposées par le gouvernement depuis sept ans, contraignent les collectivités à des économies ; nous ne cèderont pas aux injonctions financières qui voudraient nous faire faire des coupes dans les domaines de l’action sociale et de l’enfance. »

Ce qu’ils et elles en disent

Le point de vue de l'élue