Ce 28 juillet 2020 se tenait la première réunion du Conseil d’administration du Syndicat Intercommunal de la Restauration Municipale (SIRM). Lors de cette réunion les maires de Boissy-Saint-Léger et de Villeneuve-surGeorges ont mené une campagne sournoise privilégiant les tractations politiciennes aux intérêts des populations.

La crise sanitaire inédite que nous traversons actuellement nous a amené à demander en amont, par courrier, que l’élection de sa présidence soit reportée à une date ultérieure, en septembre 2020, afin de permettre aux trois maires des communes représentées d’avoir un échange sur la gouvernance du SIRM. Il nous semblait essentiel, dans un contexte où les recommandations en matière de santé publique s’accompagnent d’enjeux importants, d’avoir un échange avec nos partenaires, sur la notion de service public de la restauration que nous souhaitons mener.

Les représentants des villes de Boissy-Saint-Léger, Régis Charbonnier, et de Villeneuve-Saint-Georges, Philippe Gaudin, ont refusé ce débat et se sont uniquement focalisé sur la question de la présidence, proposant une présidence tournante et sans garantie. Cette situation est grave.

En effet, ce débat était d’autant plus nécessaire que le représentant de la droite extrême de Villeneuve-SaintGeorges, Philippe Gaudin, s’était jusqu’à ce jour systématiquement prononcé contre le SIRM, votant contre toutes les délibérations à son sujet au sein de son conseil municipal et reniant les orientations dessinées à l’occasion de sa mise en place.

Aujourd’hui le SIRM offre environ 6000 repas par jour entre notre ville et celles de Villeneuve-Saint-Georges et Boissy-Saint-Léger. Ce syndicat mixte est né de la volonté des élu·es de la ville de Bonneuil-sur-Marne, qui assuraient historiquement sa présidence. Nous avons toujours porté des orientations politiques ambitieuses pour la restauration collective, notamment pour les publics scolaires mais aussi pour le personnel municipal et nos anciens, en garantissant une restauration de qualité, à des tarifs très avantageux, respectueuse des enjeux environnementaux et de santé.

Nous prenons acte de ce refus de discussion sur les enjeux de la restauration collective intercommunale. Nous ne saurons nous en satisfaire et continuerons à porter avec force et énergie l’intérêt des usagers. Pour nous, l’intérêt collectif prime sur les postures, les calculs de pouvoir qui ouvrent la porte aux manœuvres politiciennes que nous condamnons.

Patrick Douet
Maire de Bonneuil-sur-Marne
Conseiller territorial de Grand Paris Sud-Est Avenir
Conseiller Métropolitain du Grand Paris