Mercredi 14 novembre, le tribunal administratif de Melun a suspendu tous les arrêtés anti-pesticides pris par treize communes du Val-de-Marne. Une décision que le maire Patrick Douet déplore d’autant plus que, six jours plus tôt, celui de Cergy avait, lui, validé ceux de deux maires des Hautsde- Seine.

« Il ne peut pas y avoir une justice différente de part et d'autre de la Seine. Je considère qu'il doit y avoir jurisprudence et j'ai décidé de faire appel devant le Conseil d'État », a-t-il déclaré, rappelant qu'il est ici question de santé publique.