De 2015 à 2021, Enedis (ex ERDF) procède à la pose du nouveau compteur électrique recueillant à distance les données de consommation des ménages pour un coût annoncé de 5 milliards d’euros. Argumentant sur les risques sanitaires et les intrusions dans la vie privée des habitants, la municipalité a cherché à s’opposer à ces installations. Les habitants continuent individuellement.

À Bonneuil, une première phase de pose systématique de ces compteurs a eu lieu de juin à août dans les logements anciens. Pourtant, la Ville avait tenté de s’y opposer. Se fondant sur le refus d’un certain nombre d’habitants de voir installer ce nouveau type de compteur dans leur habitation, la municipalité a adopté un vœu à l’unanimité au conseil municipal du 17 novembre 2016. Mettant en œuvre ce vœu, le maire prenait dans la foulée un arrêté municipal conditionnant la généralisation de la pose des compteurs dans la ville à la publication d’un rapport de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSES) concernant la nocivité potentielle en termes de champs électromagnétiques émis. Un rapport publié fin 2016 conclut qu’il existe « une très faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis, aussi bien pour les compteurs communicants radioélectriques (les Linky) que pour les autres (CPL), puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme ». Le 2 mai dernier, le maire saisissait la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sur les atteintes à la vie privée que représentent ces compteurs communicants. Le 22 juin, la Commission adressait sa réponse au maire : clôture de la plainte ! En d’autres termes : dossier classé !
De nombreuses démarches ont ainsi été réalisées par la municipalité pour s’opposer à la pose de ces compteurs. Reste désormais aux habitants la possibilité d’exprimer leur refus individuel usant de l’inviolabilité de leur domicile.


Plus d’infos notamment sur : http://refus.linky.gazpar.free.fr

> Consultez le vœu du conseil municipal

> Consultez la lettre du maire sur les compteurs Linky

Si les sociétés Enedis ou Agiscom insistent sur la pose du matériel malgré des refus formulés par écrit, il est possible d’interpeller par courrier également le médiateur national de l’énergie, 15 rue Pasquier 75008 Paris. Tél. : 0 800 112 212.