En ce mois de mars qui voit la fin de la trêve hivernale, le risque d’expulsion locative revient. Le maire a pris un nouvel arrêté pour empêcher les expulsions sans relogement. Un dispositif qui renforce les politiques de prévention mises en oeuvre.

La lutte contre le mal-logement ne s’arrête pas.

Chaque année, après la fin de la « trêve hivernale », Patrick Douet, le maire de Bonneuil, prend un arrêté municipal pour protéger les familles.

Il a donc signé en mars un nouveau document « subordonnant toute expulsion locative à la justification d'un relogement ». Dans la même logique, il a signé un autre arrêté « interdisant les coupures de fourniture d'énergie pour les personnes en difficultés économiques et sociales » .

Selon le 24e rapport de la Fondation Abbé-Pierre sur l’état du mal-logement, la situation s’est dégradée. Le document pointe « un contexte social et politique défavorable, marqué par les coupes budgétaires majeures subies par la politique du logement ».

En 2018, au moment de l’enquête, 1 210 000 personnes locataires étaient en situation d’impayés de loyers ou de charges, s’exposant ainsi à une procédure d’expulsion locative. Les expulsions réalisées concernent encore 15 000 personnes environ par an.

À Bonneuil, outre l’arrêté, la municipalité et les bailleurs travaillent main dans la main pour tâcher de trouver, avec les personnes en difficultés, des solutions. Il s’agit, notamment, d’étaler le paiement de la dette. Par ailleurs, les bailleurs construisant sur la ville sont invités à mettre en place les loyers les plus bas possibles.

Un arrêté contre les coupures d’énergie

Selon le rapport de la fondation Abbé-Pierre sur l’état du mal-logement, près de 1,5 million de ménages regroupant un total de 3,5 millions de personnes souffrent du froid pour des raisons liées à la précarité énergétique.

Selon le magazine Quelle énergie ?, l’électricité a vu son coût augmenter de 44% entre 2008 et 2018. « Cette hausse est amenée à se poursuivre », renchérit la revue. Les prix du gaz sont plus fluctuants car liés au prix du pétrole. Mais ils sont aussi orientés à la hausse.

C’est dans ce contexte que le maire, Patrick Douet, a également signé un arrêté « interdisant les coupures de fourniture d'énergie pour les personnes en difficultés économiques et sociales ».