L’équipe municipale déploie depuis 2005 une politique de prévention et de maintien de la tranquillité publique. Elle s’étoffe d’année en année, pour

offrir aux Bonneuillois·es un cadre de vie sûr et apaisé.

5 médiateurs, 4 agents locaux de médiation sociale, 4 agents de surveillance de la voie publique et bientôt un 4e agent de police municipale… La Ville compte 19 agents pour faire respecter la tranquillité publique et prévenir la délinquance. Ces effectifs locaux sont renforcés, depuis juin 2018, par la présence effective de 5 agents de la Brigade territoriale de contact du commissariat de Créteil, qui sillonnent Bonneuil, du lundi au samedi, de 6h30 à minuit. Au début de l’année, la Ville a également installé 6 nouvelles caméras de vidéo-protection sur les lieux les plus sensibles, portant l’effectif à 14 dispositifs.

« Le visionnage des images permet une collaboration de plus en plus étroite entre les polices, précise Malika Bousbaa, cheffe de la police municipale. Ces caméras - en cours de raccordement au commissariat de Créteil - permettent de verbaliser chaque jour, une trentaine de manquements au code de la route et d’élucider bon nombre de délits. » Lorsque des événements violents surgissent, le maire Patrick Douet peut réunir le Comité local de sécurité et de prévention de la délinquance pour alerter, mettre en place des mesures de sécurité immédiates et demander à l’État des moyens supplémentaires.

Au-delà de ces moyens coercitifs, c’est la politique municipale, dans sa globalité, qui vise à améliorer la sécurité et la tranquillité des Bonneuillois, une attente forte et légitime de la population. Soutenir la vie associative et sportive permet de favoriser le bien vivre ensemble, développer une politique de transport ambitieuse fluidifie les déplacements et désenclave les quartiers, diversifier les parcours résidentiels génère une meilleure mixité sociale dans les quartiers...

Parole d’habitante :

« Halte aux violences juvéniles ! » Nous sommes à l’origine d’un rassemblement pacifique le 6 octobre, avec d’autres mamans, et en présence du maire Patrick Douet, pour dire stop aux violences entre jeunes. Nous, parents, avons décidé d’être acteurs, au côté de la Ville et des professionnels, et de mener le combat contre ces conflits juvéniles qui persistent. Nous ne voulons plus de ces violences qui gangrènent nos quartiers. C’est à nous, parents, de nous impliquer. En tant que parents, et avec les professionnels, nous sommes là pour aller à leur rencontre, pour les accompagner, identifier leurs problèmes et trouver des solutions, tous ensemble.

Maro GASSAMA, Présidente de l’association Ensemble Familles Solidaires