Lecture audio de l'article

Pour faire vivre et nourrir le nécessaire devoir de mémoire auprès des jeunes générations, et au-delà, la Ville commémore cette année, le 60e anniversaire des événements de la station de métro Charonne, le 8 février 1962, le 60e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie, du 19 mars 1962, les luttes des peuples pour leurs indépendances. Première initiative, la Semaine des indépendances du lundi 7 au dimanche 13 février 2022. Découvrez le programme.

Le 8 février 1962, plusieurs syndicats et le Parti Communiste Français appellent les citoyens à manifester à Paris contre l’Organisation de l’armée secrète (OAS), « contre le fascisme » et « pour la paix en Algérie ». La ville est soumise au régime d’état d’urgence. La manifestation est interdite. Le préfet de police Maurice Papon, qui s’est déjà illustré dans la répression du 17 octobre 1961, somme les brigades spéciales, matraques à la main, de charger la foule… Neuf syndicalistes de la CGT, dont huit militants du Parti communiste, décèdent dans les escaliers de la bouche de métro Charonne (11e ), piétinés et asphyxiés.

« À l’occasion de la Semaine des indépendances, la municipalité remémore cette répression meurtrière, étouffée et occultée des mémoires collectives, ce crime d’État, dénonce Hafsa Al-Sid-Cheikh, adjointe au maire déléguée au devoir de mémoire. Nous avons à cœur depuis de nombreuses années d’entretenir le devoir de mémoire. Travailler sur le passé, sur notre histoire, participe à la construction de notre mémoire collective, à semer une culture de Paix. C’est un devoir d’humanité, une nécessité pour l’avenir des générations futures, cruciale face à la montée, de toutes parts, des extrémismes et fascismes décomplexés. »

Pour nourrir cette précieuse mémoire, la Ville accueillera notamment l’exposition « Les indépendances, ou 35 ans de décolonisations françaises », au centre d’art municipal. « De 1943 à 1977, près des 5/6e de l’empire colonial français échappent à l’autorité de la France », précise le groupe de recherche Achac, à l’origine de l’exposition, composé notamment d’historiens, de politologues et d’anthropologues, qui travaille sur les représentations et les discours coloniaux et postcoloniaux. « L’histoire des décolonisations constitue le plus long conflit de la France au XXe siècle. C’est une histoire à la fois méconnue et oubliée. »

Cette semaine se prolongera, le mois prochain, autour de la commémoration du 60e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie. Nous en parlerons dans notre prochaine édition.

DEMANDEZ LE PROGRAMME

Du 7 au 13 février

Exposition « Les indépendances, 35 ans de décolonisations Françaises (1943-1977) ».

Vernissage lundi 7 février à 18h Centre d’art municipal Jean-Pierre Jouffroy Parvis Aimé-Césaire.

Gratuit / Informations au 01 56 71 52 25

Mardi 8 février, à 18h

Pose et inauguration d’une plaque en mémoire des victimes du métro Charonne, en présence de M. le maire Denis Öztorun et d’Hafsa Al-Sid-Cheikh, adjointe au maire déléguée au devoir de mémoire.

À l’angle de l’avenue Paul-Vaillant Couturier et de la rue Pablo-Neruda

Mardi 8 février, à 19h

Spectacle de hip-hop Les disparus, interprété par la compagnie No MaD.

Salle Gérard-Philipe 1h05. Tarifs pour tous : 6 et 8 euros

Passe vaccinal et masque obligatoires